Comment réussir un amincissement localisé ?

Comment réussir un amincissement localisé ?
Comment réussir un amincissement localisé ?
Comment réussir un amincissement localisé ?

Loin d’être un problème purement esthétique, la surcharge pondérale constitue un facteur de risque bien établi de nombreuses maladies (troubles cadiovasculaires, diabète «gras», certains cancers, etc.). Dans notre pays, où elle affecte environ le tiers de la population, on l’accuse d’être responsable de 300 décès annuels. Malheureusement, bon nombre des personnes souffrant d’embonpoint ne s’en soucient guère qu’à l’approche des beaux jours, lorsque la «fièvre de la minceur» déclenche une véritable épidémie. Les kilos superflus deviennent alors un fardeau intolérable dont il faut se débarrasser dans les plus brefs délais… A tort, car les régimes draconiens et déséquilibrés représentent à long terme une menace pour la santé aussi réelle que l’excès pondéral lui-même. Parmi les effets secondaires de ces régimes, le plus souvent liés à des carences nutritionnelles, figurent la fatigue chronique, des troubles nerveux et de l’humeur, l’affaiblissement du système immunitaire, le vieillissement prématuré, la décalcification osseuse, etc. A ceux-ci s’ajoute la baisse du métabolisme, entraînant une tendance toujours plus marquée à la prise pondérale.

Autant de raisons pour adopter un régime équilibré qui permet de (re)trouver progressivement et de stabiliser son poids idéal, tout en gardant son tonus et son moral. Pour atteindre cet objectif, quelques règles doivent être respectées :

  • privilégier les légumes, gorgés de vitamines et minéraux, et les aliments protéiniques maigres, qui «calent» tout en fournissant peu de calories
  • préférer aux glucides raffinés les complets (pains, pâtes, riz, etc.) qui rassasient plus longtemps et contiennent davantage de principes nutritifs
  • limiter mais ne pas supprimer les graisses visibles, indispensables pour l’assimilation des vitamines liposolubles
  • réduire fortement les douceurs et les boissons alcoolisées
  • adopter un supplément nutritionnel adapté, tel que, par exemple, l’huile de foie de flétan, disponible en capsules. Très riche en vitamines A et D naturelles que pratiquement tous les régimes hypocaloriques fournissent en quantité insuffisante, cette huile existe aussi en version multivitaminée. Celle-ci s’adresse plus particulièrement aux personnes dont l’alimentation est peu variée et/ou pauvre en crudités, ainsi qu’à celles se plaignant de manque d’entrain et/ou nervosité.

Comment réussir un amincissement localisé

Y a-t-il des solutions aux surcharges graisseuses localisées, réfractaires aux régimes minceur ?

Les cellules graisseuses ou adipocytes stockent l’énergie de l’organisme sous forme de graisses ou triglycérides. Ceux-ci représentent le combustible que nous brûlons lors de régime hypocalorique ou de pratique d’exercices physiques vigoureux. Mais lorsque, sous l’influence de facteurs diététiques, circulatoires, hormonaux ou autres, il y a surstockage ou défaut d’élimination des triglycérides au niveau des adipocytes, ces derniers s’hypertrophient, s’engorgent et envahissent le tissu conjonctif environnant. Ce phénomène, qui est associé à une rétention hydrique localisée (provoquée, à son tour, par une augmentation de la perméabilité des parois capillaires), est à l’origine de cette graisse particulière et rebelle qu’est la cellulite.

Pour se débarrasser de ce problème inesthétique, une prise en charge globale s’impose, dont les éléments suivants font partie :

  • une alimentation riche en vitamines C, P et B6, ainsi qu’en potassium, silicium et protéines, qui agissent soit en donnant du tonus au tissu conjonctif, soit en stimulant la fonction rénale, soit en diminuant la perméabilité des capillaires. Concrètement, il faut privilégier les légumes, les fruits, les aliments protéiniques maigres et les céréales complètes, tout en limitant l’apport de sel, de sucre, de graisses, d’alcool et de café. Les vitamines ci-dessus devraient également faire l’objet d’un supplément, en cures, en particulier lors de tabagisme et prise de contraceptifs oraux, qui en augmentent les besoins
  • des exercices adaptés, qui activent la combustion locale en sollicitant les muscles proches des dépôts cellulitiques
  • l’application biquotidienne, au moins deux mois durant, d’un produit spécifique (gel, fluide, crème, etc.) sur les zones à traiter. Les amincissants locaux renferment des substances lipolytiques (caféine, algues, etc.), restructurants (silicium, collagène, etc.) et/ou vasotonifiantes et drainantes (lierre, marron d’Inde, rutine, etc.). Les plus récentes recherches ont abouti à la découverte de principes actifs capables de bloquer les deux récepteurs du stockage des graisses dans les adipocytes. Cela a permis d’élaborer un produit unique en son genre, dont l’efficacité a été prouvée par des études réalisées avec une rigueur scientifique. Dès aujourd’hui, celui-ci est disponible également sous une nouvelle forme galénique: un patch invisible, appliqué par spray, dont la concentration est 10 x plus forte que le fluide.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *